Lascaux

En création
  • Tout public
  • 12 ans +
En coproduction avecThéâtre Pupulus Mordicus

Fuyant un danger, Madeleine tombe dans une caverne occupée par Dordogne, une mystérieuse tortue, métaphore de la Terre. Cherchant à en sortir, elle découvre qu’elle est enceinte et elle accouchera d’un enfant, Lascaux. Avec urgence, elle lui transmettra ses connaissances et lui confiera la mission de travailler à la reconstruction d’un monde meilleur. Lascaux trouvera-il une issue? Et si l’espoir de l’humanité était enfoui au fond de cette caverne? Tous les espoirs sont permis…

Dans cette production où se fusionnent le jeu d’acteur, le théâtre d’ombres et la marionnette, le spectateur est entraîné aux origines de l’art et de l’humanité. Dans cet univers qui recoupe des thématiques universelles, une attention particulière est portée aux mythes sacrés, fondateurs et spirituels qui nous maintiennent en communauté. Planté dans un décor évocateur, le spectacle se situe un peu hors du temps et porte sur la naissance du monde et sur ce que l’Homme en a fait.

La pièce sera créée au Théâtre Périscope à Québec le 15 janvier 2019.

MADELEINEUn jour, tu sauras monter jusque là.
Et tu diras, « Bonjour, je m’appelle Lascaux ».

LASCAUXBonjour?

MADELEINEC’est comme ça dans le monde des hommes.
Les humains disent : « Bonjour » quand ils se voient.
Trouve la sortie.
Pars vers la lumière.
Peut-être pourras-tu leur apprendre aux hommes à ne pas courir si vite.
Peut-être pourront-ils apprendre de toi
qui ne leur ressembles pas, qui leur ressembles peu, qui leur ressembles tant.

  • Texte Jasmine Dubé
  • Mise en scène Jasmine Dubé et Pierre Robitaille
  • Assistance à la mise en scène Laurence Croteau-Langevin
  • Décor, costumes et accessoires Erica Schmitz
  • Éclairages Thomas Godefroid
  • Marionnettes Pierre Robitaille
  • Ombres Marcelle Hudon
  • Musique et environnement sonore Christophe Papadimitriou
  • Direction de production Marc Pache et Jo-Anne Sanche
  • Direction technique Gabriel Duquette
  • Avec Éva Daigle, Jules Ronfard, Marjorie Vaillancourt
  • Crédit photos Rolline Laporte