fbpx

Coup d’oeil sur la saison 2020-2021

16 novembre 2020

36e SAISON 2020-2021    

En toute intimité… 

La saison 2020-21 marque le 35e anniversaire du Théâtre Bouches Décousues.  Nous l’avons tricotée, détricotée, cousue, recousue cette saison depuis l’arrivée de la pandémie en mars 2020, mais

NOUS SOMMES RÉSILIENT.E.S.

Nous avons mis l’épaule à la roue et le masque au visage.  Nous relevons nos manches, lavons nos mains et nous avançons entre les gouttelettes de l’arc-en-ciel du « Ça va bien aller ! » en respectant les mesures sanitaires dictées par la Santé publique.   

C’est L’enfant corbeau qui a ouvert le bal et ses ailes, en juillet, chez notre coproducteur au Théâtre du Bic. Nous avons revu le spectacle en mode distanciation physique et c’est avec une immense joie que nous avons retrouvé le public après quatre mois de disette. De prochains rendez-vous nous attendent à l’automne à la Maison Théâtre et à Sherbrooke.

NOUS SOMMES EN MODE CRÉATION ! ET C’EST EN FORÊT QUE ÇA SE PASSE …

Après ces longs mois « d’enfer-mement », nous déjouons le confinement. NOUS SORTONS jouer dehors ! En pleine nature !

En complicité avec Samsara Théâtre, nous créons La mère merle en forêt dans le parc des Côteaux à Mascouche. Nous avons réuni une équipe du tonnerre autour de ce projet qui s’inspire du Land Art. La nature joue un rôle de première importance dans ce déambulatoire où le public est convié en petits groupes intimes. Vous dire la joie que nous éprouvons à travailler sur cette immense scène naturelle ! Accompagné.e.s par le vent, le chant des oiseaux, le ciel, son soleil et ses nuages, nous avons hâte de vous y accueillir.

D’autres productions répondent aux exigences de la distanciation…

C’est le cas de Ma petite boule d’amour qui roulera vers des scènes variées, dont celles du Conseil des arts de Montréal en tournée et des multiples Petits bonheurs de ce monde ! Et pour les plus grands, La mère troll est disponible.

D’autres aventures sont à venir dont la création, par l’Arrière Scène, de L’arche de Noémie, en coproduction avec TBD. À voir en novembre au Centre culturel de Beloeil.

ALLONS-Y EN DOUCEUR…

Beaucoup de choses ont changé depuis mars 2020… Si les accolades, les embrassades et les poignées de mains sont relégué.e.s aux oubliettes derrière les masques et le « Purell », la tendresse elle, trouve son nid. Les spectateurs seront moins nombreux lors des représentations, distanciation physique oblige, mais la chaleur humaine, la joie d’être ensemble et de partager notre art et notre humanité seront d’autant plus précieuses. Retrouvons-nous autrement, de façon sécuritaire.

En toute intimité…

Jasmine Dubé

Partager la nouvelle